Perú | Iquitos | Vive la jungle amazonienne !

July 16, 2018

 - Après un savoureux passage à Lima pour passer un peu de temps avec mon copain Carlos, Départ pour la jungle amazonienne ! Arrivée à Iquitos, plus grande ville accessible par bateau ou avion seulement au monde.(400 000 personnes perdues dans la jungle ! Yes !). Changement de climat et de mode vie radicale et merveilleux :

 

Gros décalage d'un coup j'ai l'impression d'être 1 an plus tôt en arrivant au Vietnam ... Un mode de vie vraiment différent est complètement bouleversant. La jungle Amazonienne c'est clairement à la sortie de l'avion un climat qui te dit "haha t'es venue t'as envie de remonter dans ton avion pour être au frais mais non ... Te voila au pays de l'humidité, de la chaleur et des moustiques !".

 

Arrivée donc dans un chaos de Tuk-Tuk et de motos, pas de voiture ici trop chère à acheminer étant donné qu'aucune route ne vas jusqu'à Iquitos. Dans la jovialité et tout ce chaos que personnellement je distille en appréciant chaque coup de klaxon et chaque virages pris un peu trop à la corde ou tu pense que ton Tuk-Tuk s'en va vers un autre monde haha ! Je file dans ma motocyclette infernale où je peux apprécier le vent dans mon visage seule source de fraicheur, jusqu'à mon hostel où je vais pouvoir planifier un peu plus les choses.

On retrouve la liberté de rue où le moindre objet peu être vendu. Les fruits font fureurs dans leurs beaux étalages! papaye, mangue, grandes bananes, moyennes bananes, petites bananes, bananes jaunes, bananes vertes, maracuya, lulo et autres délires! 

Perdue dans sa jungle, Iquitos possède un magnifique centre colonial pourvut de bien des jolies façades, intéressantes et pleines de couleurs. Eux au moins ont compris qu'il fallait mieux rénover et s'assurer que ce qui est déjà construit tienne debout plutôt que de chercher à construire construire et encore construire ! 

L'avantage de la ville, c'est qu'elle est en bordure du fleuve Amazone donc on y trouve une petite promenade des anglais à la niçoise mais à la sauce péruvienne ! C'est pas mal ça permet de se balader et d'admirer une vue plutôt imprenable !

Alors évidemment, le climat est un peu fatiguant ... Même très fatiguant, les draps, les slips, les t-shirts tout est humique et il fait chaud ! Et même à l'ombre, l'humidité présente dans l'air ne nous permet pas de trouver fraicheur et réconfort ... Donc certaine heures de la journées voient leur rythme et leur dynamisme baisser mais cela à juste titre et pour la bonne cause !

Voila la magnifique vue sur l'amazone (en fond) qui n'était pas très haut à ce moment de l'année. On peut observer au fond l'arrivée d'une belle averse ... C'est l'avantage de la platitude du terrain et du ciel magnifique, une averse on la voit venir de loin et cela crée des scènes nuageuses splendides ! 

Comme je vous le disais, les hausses et baisses du niveau de l'eau crée quelques fois des situation plutôt incongrues tel que ce bateau fatalement coincé depuis bien des années devenu un squat des plus appréciés en ville.

Situé en jungle inondable, Iquitos possède la majorité de sa surface construite en partie haute, au dessus du niveau maximum du fleuve. La deuxième partie de la ville, les quartier plus populaires et plus pauvres sont construit au dessus du niveau de l'eau eux aussi mais sur des pilotis en avant de la ville créant alors une forêt de bâtonnets lorsque l'eau est au plus bas. En dessous vous pouvez voir le plus connu de ces quartiers, le quartier de Belèn. 

Le quartier de Belèn c'est aussi son marché, le plus beau marché qu'il m'a été donné de voir en Amérique du Sud et même dans ma vie. Il se situe en partie haute, juste au dessus du quartier sur pilotis, dans la partie "en dur" de la ville. Le marché de Belèn est degeulasse, ça pue, ça gueule, y'a de la boue partout avec des vautours énormes qui viennent manger les restes ... Enfin cela dit c'est sympathique ... Nan ce chaos et ce désordre (qui pour eux d'ailleurs n'est en rien un désordre, seulement nos esprits européens trop ordonnées voient ça comme un désordre) est magnifique ! Tu vient ici c'est pour des fruit, ou du riz, ou du piraña ou même de la pâte de tortue ou de crocodile ou alors pour une brosse à dent ou alors pour un viagra naturel bref tu y trouve absolument tout pour trois fois rien. 

Et hop comme je vous le disais,voila l'une des entrées dans le quartier de Belèn bas. Vous devrez croire ce que je vous dit sur parole malheureusement  car ce n'était pas vraiment les endroits où je voulais me balader avec mon reflex (sauf si j'avais eu de quoi en racheter un après ^^). Mais par contre regardez moi ce magnifique petit dédale de passerelles en lévitation au dessus de déchets dégeux et de marais plein de bouteilles en plastique malheureusement ... Et oui ces quartiers ont d'autre priorités ... 

Bon aller on s'est baladé on a profité de la ville c'est sympa mais on est dans la jungle il faut aller dans la jungle un peu la ! Après avoir eu de bonne discussions avec pas mal de guides, Shaun, un pote canadien et moi avons rencontré Walter, qui nous emmène juste nous deux avec lui et un autre guide en pleine jungle pour voir ce qu'on y trouve ... Magnifique un groupe de quatre, loin des sentier tracés, loin des touristes et tout ça tout ça !  Donc voilou on est parti sur notre bateau ridant le fleuve Amazone ! On glisse sur la vague yeah ! En vue; des dauphins et autres banalités.

Comme je vous le disais, on voit arriver les averses de loin ... La brises de l'air chassée par la pression des nuages et par la pluie nous prévient ! Et aussi l'épaisseur des nuages haha. Blague à part le ciel s'est réellement transformé en un tableau mouvant en constant changement, une inspiration naturel permanente ! 

Passant d'une grosse rivière à une plus petite, puis à une plus grosse, puis re à une plus petite, on fait notre petit bonhomme de chemin vers notre destination au fond de la jungle. On croise les derniers passants.

Et on commence à croiser de plus en plus de beaux oiseaux ! Tout les 5 mètres en arrive un nouveau. Leur musique nous transporte pendant nos heures de bateau.

Le miroir de l'amazone nous fait divaguer dans une rêverie permanente ... c'est trop beau ... trop trop parfait ... pour tout casser sérieusement ? je me le demande pourquoi continuons nous à tout casser ? Que chacun se fasse sa petite raison et agisse à son échelle, ce n'est pas à moi de vous faire changer. Mais voila on est tombé au milieu d'un système qui fonctionne à la perfection. Ici parfois les choses sont brutales, les animaux se mangent entre eux c'est sur que la chaine alimentaire y est respectée, les petites bêtes mangent pas les grosses. La seule grosse bete qui peut être tuée par plus petit c'est nous. Cette foret est en permanence en fonctionnement elle ne s'arrête jamais elle ne dort pas. De la goutte d'eau et du grain de terre jusqu'à l'arbre de 80 mètres, l'écosystème est autosuffisant et complètement résilient, tout se régénère, tout se solutionne et tout est autonome. Prenons exemple. 

Rencontre de la première communauté indigène sur notre chemin, changement d'embarcation après une petite marche sympathique. 

 

Encore une fois en admiration face à cette masse dense de beauté et de perfection. La jungle nous impressionnent et nous coupe le souffle. Seul demeurent les précieuses informations de notre guide Walter et la douce mélodie de la nature qui nous berce de son improvisation permanente. 

 

 

 

EEEt voila notre camp de base pour la nuit ! Le luxe d'une maison construite ! On ne pourra pas en dire autant pour la seconde nuit vous verrais ! Magnifique havre de paix où la pêche du soir et les produits embarqués dans le bateau nous restaurerons avant de s'endormir encore une fois bercé par la nature et son chant changeant.

 

Reveillé par Lilo un oiseau fier de sa voix ... Un spectacle gratuit au premières loges !

"Paz visual" ... clin d'oeil à une amie argentine qui m'a dit pour la première fois cette expression dans le désert d'Atacama face à un désert silencieux. Atteindre la paix grâce à ce que l'on voit. 

 

 

 

 Quand la jungle t'offre ce dont tu as besoin tu te rend compte que tout est la ! 

 

Le leoncito plus petit singe du monde (dixit notre guide ... pas sur que ce soit vrai mais je m'en fou). Appellé ainsi de par sa petite tête qui ressemble à celle d'un lion. 

 

Belle rencontre ! Je me débraille pour faire un petit pipi et hop voila un signe de dame nature qui vient se poser à coter de moi. 

Notre campement pour la nuit ... Rudimentaire fait de bâches tendus et de hamacs pour dormir. Repas chaud cuisiné avec l'eau de la rivière (accrochez vos estomacs). Puis recherche nocturne de Caïmans (on en à pas trouvé) avant de se faire un bonne nuit avec les bruits d'animaux nocturnes passant sous mon hamac et autres joyeuseries.

 

Il est temps de rentrer en ce troisième jour dans la jungle ! On passe par une autre communauté indigène sur le chemin (il ont tous un magnifique terrain de foot au milieu de tout ça c'est parfait !). 

De nouveau sur l'amazone en paix avec nous même après cette belle immersion en jungle ! 

De retour à Iquitos on a eu le droit à un super cour de cuisine avec le patron de notre hostel qui nous à apris à faire le ceviche de jungle autrement dit avec du poisson d'eau douce et non de mer. 

Du coup je crois que de retour en france je lache tout et j'ouvre une cevicheria place aux herbes à coter du vendeur de falafel et on crée une nouvelle rue culinaire ! 

Voila c'est tout pour ce premier post en jungle amazonienne ! Restez connecté le prochain traitera de la jungle aussi mais coter colombien cette fois ci et je vous promet d'autres belles photos et anecdotes ! 

 

En attendant portez vous bien et on se retrouve vite ! 

 

Abrazos grandes ! 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload